Intervention Conseil Régional – Commission Agriculture

Madame la Présidente,

Chers collègues,

 Voilà près de 2 ans que lors des sessions plénières, je rappelle les dangers du TAFTA, et du CETA. A plusieurs reprises, j’ai tenté de contacter les différentes organisations syndicales de la Mayenne et du territoire ligérien sans aucun retour ! Cela est profondément regrettable car nous avons beaucoup à dire sur le sujet agricole ayant été les premiers et même les seuls à alerter sur ces funestes traités et sur la mort logique de notre agriculture française qui doit faire face à une concurrence déloyale, imposée par Bruxelles. Je tiens à vous rappeler qu’aujourd’hui en France, un agriculteur se suicide tous les 2 jours.

Abordons un sujet qui va déterminer l’avenir de notre agriculture et de certaines productions sensibles telles que la viande de porc et de bœuf avec le traité du CETA, qui n’épargnera pas l’aquaculture. Qu’allons-nous faire à ce sujet, allons-nous laisser l’Union Européenne décider du prix de nos viandes et devoir manger du bœuf canadien sans que nous ne soyons informés de la provenance de la viande.

Celle-ci se substituant aux volumes de viandes produit sur notre territoire. A Strasbourg l’ensemble des députés européens républicains et la moitié de députés européens socialistes ont ratifié les accords du CETA. Les peuples ne décident plus de leur avenir et n’ont pas eu le droit de s’exprimer. Nous sommes en pleine dictature des technocrates de l’UE. Ces députés sont-ils conscients que leurs votes impliquent des conséquences dramatiques sur l’économie, sur les entreprises agricoles, para agricoles, agroalimentaires, et sur l’agriculture familiale.

Ces députés ont condamné à une mort économique des milliers d’agriculteurs. Sont-ils en contact avec la FNSEA que l’on pourrait considérer comme syndicat gouvernemental ? Quel est le rôle de la FNSEA dans les accords du CETA ?

Mardi un responsable FNSEA qui manifestait à Paris, était sur les ondes de RTL et posait la question de savoir si le président Emmanuel Macron soutiendrait les agriculteurs lorsque le CETA sera mis en application.  Ce responsable FNSEA est-il naïf, le président Macron ayant fait beaucoup de promesses dans sa campagne présidentielle, va continuer à agiter des leurres, et la commission Européenne statuera de son côté.

Le groupe Front National a déposé un amendement non budgétaire de bon sens, visant à contrôler des subventions qui pourraient être allouées à des entreprises agroalimentaires Ligériennes. Si celles-ci transformaient des matières premières issues des accords du CETA nous retirons la subvention, réflexes sains afin de ne pas favoriser les entreprises qui ne valorisent pas les productions Ligériennes et la transformation de produits français.

 Lors de la commission agriculture de mercredi 20 décembre, notre présidente ne cachait pas une certaine inquiétude sur l’impact du CETA sur le monde agricole.

Revenons sur cet amendement, la majorité ainsi que l’opposition de gauche nous disaient mercredi qu’il est difficile de faire des contrôles ! Comment cela ? à l’heure où l’on trace tout et tout le monde, ou la traçabilité est dans toutes les entreprises françaises et en premier dans l’agriculture. Les Pays de la Loire comptent environ 240 entreprises Agroalimentaires.

Rappelons que les députés Français FN au parlement européen ont demandé l’étiquetage sur la provenance des viandes suite aux différents scandales alimentaires et concurrences déloyales.

Cette demande a été refusée par l’UE. Nous comprenons ou pouvons supposer avec la venue de ces futurs Traités pourquoi ce projet a été rejeté. Nous nous interrogeons comme tout le monde sur le budget PAC 2020.

Concernant la pêche, nous soutenons les projets d’accompagnement de la filière pêche, conchyliculture, les investissements liés à la transformation, et l’aquaculture.

Nous nous félicitons que les quotas de pêches de la zone Atlantique n’aient pas été trop modifiés au niveau de Bruxelles comme nous en a fait part notre collègue François Blanchet, qui était présent pour défendre notre région au moment des renouvellements de ces mêmes quotas.

Nous voterons les budgets relatifs aux rapports pêche maritime et soutiendrons les nouveaux projets d’aquaculture.

Je vous remercie de votre attention

Bruno de la Morinière

Conseiller Régional (Commission Agriculture)

Intervention du 20 décembre 2017

 

 

 

(Image : Ouest-France)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...