François Zocchetto veut commémorer mai 68

François Zocchetto veut commémorer mai 68 

 

Le croirez-vous, mais François Zocchetto s’apprête à commémorer les évènements de mai 68. En effet, les services de la mairie recherche des gens susceptibles de faire part de leur « vécu » sur ce sujet éminemment patriotique qui justifie leur intérêt !

On est donc invité à se manifester auprès du service patrimoine dans le cadre de la préparation d’une visite-mémoire qui sera programmée dans les semaines à venir. L’invitation ne dit pas s’il sera nécessaire de venir casqué avec des sacs de pavés ou des bouteilles incendiaires mais on peut légitiment se poser la question.

Il est vrai que les slogans de l’époque : « CRS = SS et jouir sans entraves » étaient éminemment révélateurs de la nature profonde des agitateurs. Les soixante-huitards sont allés chercher leur corpus idéologique chez Trotski et Mao et c’est le bégaiement pathétique d’une histoire mal assimilée. L’individualisme érigé en dogme, et la jouissance en culture. Ce qui est amusant c’est de savoir que les agitateurs de l’époque : Cohn-Bendit, Sauvageot (décédé en octobre 2017) et Geismar se sont assimilés sans problèmes de conscience, aux bourgeois qu’ils dénonçaient.

La « chienlit » telle que l’appelait le général de Gaulle a tout de même provoqué la mort d’au moins six personnes. Avec le recul du temps, les événements de mai-juin 1968 apparaissent comme une rupture sociétale, matérialisant la fracture de l’ordre ancien séculaire marqué par le poids de l’autorité, de la famille, de la morale et de la religion, et l’avènement de la société post-moderne.

Ceci dit, que François Zocchetto réponde à l’appel d’Emmanuel Macron désirant commémorer l’évènement en faisant appel à un « ancien combattant » tel que Daniel Cohn-Bendit pour intervenir afin d’être associé à la réflexion sur les manifestations proposées me parait hautement hasardeux pour ne pas dire plus.

Fêter deux mois d’émeutes, de véhicules brulés, de destruction et de pillages de toutes sortes en dit long sur les motivations de ces élus à la remorque du moindre évènement leur permettant de briller et de montrer leur conception moderne de la société !

Les patriotes que nous sommes, ne fêteront pas cette période pseudo-révolutionnaire qui a marqué toute une génération, et dont nous assumons encore aujourd’hui les conséquences !

Jean-Michel CADENAS

Chargé de Mission FN 53

(Image : blog.leséchos)

Vous aimerez aussi...