La fermeture des bureaux de poste en Mayenne

La fermeture des bureaux de poste en Mayenne

 

Les opportunistes Michel Angot et Yannick Favennec en s’indignant de la fermeture des bureaux de Poste en Mayenne ne font que déplorer les effets dont ils chérissent les causes, à savoir leurs idées politiques libérales et européistes.

Depuis Henri IV, en1602, qui nomma le mayennais de Sainte-Suzanne Guillaume Fouquet de La Varenne, contrôleur général des Postes, jusqu’en 1991, la Poste était un enjeu stratégique, régalien, il existait d’ailleurs, le ministère des Postes et Télécommunications. En 1992, le traité de Maastricht sonna le glas de La Poste traditionnelle. L’Europe, qui ne supporte pas les spécificités nationales comme le Service Public imposa la libéralisation des services postaux.

Le 1er mars 2010, La Poste devenait une société anonyme à capitaux publics. Préalablement, à l’Assemblée Nationale, dans sa séance du 16 décembre 2009 (http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2009-2010/20100089.asp), le sarkozyste Yannick Favennec tenait des propos de libéral favorable à la privatisation des services postaux en militant pour « des dispositifs souples » et trouvait « tout à fait convenable » que 94,2 % (95,1 % en 2018) de la population était à moins de 5 kilomètres d’un des 17 000 points de contact (il ne parlait pas, alors, de bureaux de Poste). Le député de la majorité sarkozyste précisait qu’on « pouvait aller encore plus loin » en améliorant les horaires d’ouverture des bureaux et des points de contact…n’est-ce pas en 2018 le projet de La Poste que conteste le désormais député de la majorité…Macron-compatible ?

 En février 2016, le « chevalier blanc » Yannick Favennec intervenait contre la fermeture du centre de tri à Montaudin. Mais c’était une « victoire à la Pyrrhus » car quelques jours plus tard, Gérard Lemonnier, maire de Juvigné, apprenait que La Poste revenait sur ses engagements en transférant ses facteurs à Ernée. Juvigné faisait les frais du « sauvetage » de Montaudin, le député « sauveur » ne vint pas à son secours !

 En avril 2016, Michel Angot, maire de Mayenne, déplorait, les bras ballant, la fermeture du bureau de Poste Notre-Dame en expliquant que « cela correspondait à la politique générale du groupe, qui veut supprimer 40 postes en Mayenne ». De son côté, Philippe Walh, PDG de La Poste, devant les parlementaires expliquait que « La Poste subissait une désaffection qui touchait tous les commerces de centre-ville« …il est vrai que dans le centre-ville de Mayenne les commerces « à louer » seront bientôt plus nombreux que ceux en activité…le maire de Mayenne, dans son « joli bureau« , n’est-il pas responsable de cette situation désastreuse ?

Selon Philippe Walh, nommé en 2016, PDG de la Poste en commission à l’Assemblée Nationale par la majorité socialiste soutenue par Michel Angot, les perspectives d’avenir exposées devant les parlementaires UMPS sont le remplacement des bureaux de Poste, des agences postales communales et des relais Poste commerçants par les maisons de services au public, les relais postaux, les relais postaux urbains avec ses automates et les facteurs-guichetiers (comme à Loiron-Ruillé, Saint-Aignan-sur-Roë, Argentré, Martigné-sur-Mayenne, Sainte-Suzanne, Montaudin, Grez-en-Bouère…).

 Pour doper les activités de La Poste, Emmanuel Macron proposa de faire passer le permis de conduire et de prendre en charge des SDF, mais tout cela n’est rien d’autre que de la poudre de perlimpinpin. On peut donc légitimement s’inquiéter de l’avenir de la présence postale sur le territoire national.

 Il est bien incompatible d’être « européiste et mondialiste », favorable à la jungle de la loi du marché et défendre le service public de La Poste.

En Allemagne, modèle économique pour les libéraux macronistes, les bureaux de Poste sont TOUS fermés ! N’est ce pas ce qui nous attend ?

Nicolas Chotard

(Image : owni.fr)

Vous aimerez aussi...